Bernard Bensaid

Bernard Bensaid

Biographie du président de DocteGestio

« Je crois profondément que la force d’un groupe d’entreprises et les connaissances scientifiques et techniques des ingénieurs peuvent se mettre au service de l’humain et de l’amélioration de son efficience pour la satisfaction totale de ses usagers, de ses salariés et de ses partenaires financiers »

Bernard Bensaid, Président du groupe DocteGestio

bernard bensaid photo

Bernard Bensaid : ses études

Bernard Bensaid effectue une partie de sa scolarité aux lycées Lyautey à Casablanca puis Louis-le-Grand à Paris. Il poursuit ses études de mathématiques et de sciences économiques à Paris.

Bernard Bensaid intègre l’École Polytechnique en 1981. Il obtient un DEA de Mathématiques en 1984 et de Sciences Économiques en 1985. L’École Nationale de la Statistique et de l’Administration Économique (ENSAE) est son école d’application. M. Bensaid en obtient le diplôme en 1986.

En 1988, Bernard Bensaid devient Docteur en Sciences Économiques avec une thèse sur les « mécanismes d’incitation ». Il obtient le prix Gaëtan Pirou.

Bernard Bensaid : sa carrière

Bernard Bensaid participe à la création du Centre de Recherche de la Banque de France puis devient consultant au Groupe de la Recherche Opérationnelle du Crédit Lyonnais. En 1996, il est reçu à l’agrégation du Supérieur de Sciences Économiques et devient Professeur des Universités et prend un poste à l’Institut d’Études Politiques de Lille. Il travaille notamment sur la théorie économique dont l’Économie Industrielle, la Théorie des Jeux, l’Économie Internationale, l’Économie Bancaire et la Finance de Marché.

C’est en 1999, après avoir été nominé au prix du Meilleur Jeune Économiste de France, qu’il arrête la recherche pour se lancer dans la création d’entreprises.

Il fonde DirectGestion, le premier administrateur de biens en France sur Internet. Il développe une foncière généraliste dans les secteurs de l’habitation, du commerce et du bureau. Fort de cette expérience, il décide de se lancer dans la gestion d’hôtels et de résidences. C’est un premier tournant dans son entreprise qui change de nom et de dimension. L’ensemble des activités de son groupe porte, à partir de 2005, le nom de DocteGestio (gestion savante en latin).

bernard bensaid doctegestio

Bernard Bensaid et l’entrepreneuriat : DocteGestio

Les acquisitions se succèdent pendant les années de crise 2007-2014. Des marques sont créées dans le secteur hôtelier : « Lemon Hotels », « Egg Hotels », et enfin « DG Hotels ».

Un deuxième tournant est pris en 2010 avec le rachat de l’ensemble des activités thermales de la ville historique de Plombières-Les-Bains en Lorraine.

Après l’immobilier et l’hôtellerie, Bernard Bensaid se lance dans les secteurs médico-sociaux et sanitaires. S’enchaînent alors le rachat d’un Centre de Santé à Montreuil, d’une Clinique à Livry-Gargan, d’une Clinique à Marseille, et du premier pôle de services d’aide aux personnes âgées dépendantes de Moselle : amapa.

Bernard Bensaid cherche également à faciliter la vie des seniors avec des services innovants et des objets connectés qui leur sont dédiés.

« J’ai décidé de changer de cap en 2000, année de ma nomination parmi les meilleurs économistes de France, et de l’arrivée de l’Internet. J’ai créé mon entreprise, convaincu que tout ce que j’avais appris allait trouver de nouvelles applications grâce au Net.

J’ai découvert ensuite l’ESS, économie sociale et solidaire, un secteur économique passionnant fait d’échanges et d’émotions, mais qui connaît des difficultés structurelles. »

Bernard Bensaid, Président du groupe DocteGestio

L’année 2015 est à la fois marquée par la création de DG Hotpot, service de restauration des établissements d’accueil des personnes âgées, mais surtout par la reprise en juillet 2015 de M’Vacances.

L’année 2016 est marquée quant à elle par l’implantation de d’amapa dans de nouveaux départements : la Somme, les Alpes-Maritimes, la Sarthe, les Côtes-d’Armor et la Drôme ; l’acquisition de deux centres de santé au cœur de Paris et l’entrée à hauteur de 10% dans le capital social des Thermes de Vittel pour la branche santé. Quant à la branche hôtelière elle fera l’acquisition de 10 établissements.

« Les spécialistes de ces métiers médicaux et sociaux qui travaillent en parfaite osmose avec les spécialistes de l’informatique, de la finance, de la gestion créent un environnement favorable pour que les outils qui vont permettre d’accompagner la mise en place des solidarités voulues par les politiques. L’innovation dans chaque domaine, la mutualisation des moyens et des connaissances, sont au cœur de la réflexion quotidienne, des équipes de professionnels du groupe. Les partenaires institutionnels et les usagers eux-mêmes participent à la réflexion et à l’action »

Bernard Bensaid, Président du groupe DocteGestio

Désormais, DocteGestio s’étend sur tout l’hexagone et espère devenir rapidement le troisième opérateur touristique français.

Dans le domaine de la santé, grâce à l’entrée de l’UTMIF, Union Territoriale des Mutuelles d’Île-de-France, avec ses 32 établissements implantés en Île-de-France, il affirme sa volonté d’être rapidement le premier opérateur de santé de France.

Doctocare va voir le jour. La mission de doctocare sera d’accompagner et de soigner les personnes tout au long de leur vie et sur l’ensemble du territoire tout en pratiquant une politique de soins de qualité.

Doctocare proposera une offre de soins de proximité complète : consultations, outils de diagnostics, prescriptions, soins et appareillage. Les prises en charge assurées par doctocare couvriront toutes les disciplines médicales et médico-sociales et mettront la technologie au cœur de son dispositif et au service de l’usager. Doctocare sera attentif à optimiser les coûts d’investissement et de fonctionnement au quotidien.

En 2017, le groupe exploite 93 hôtels ou résidences hôtelières, 9 établissements de santé et 75 établissements médico-sociaux dans 20 départements. DocteGestio compte aujourd’hui plus de 5 000 salariés toutes branches confondues et réalisera un chiffre d’affaires cumulé de 240 millions d’euros.

© Copyright 2018, Tous droits réservés.