Entrepreneuriat

14Avr
bernard bensaid covid-19 doctegestio

Covid-19, Bernard Bensaid Président de Doctegestio aux commandes de son Groupe

Comment rester aux commandes d’un grand groupe de l’économie sociale, innovante et solidaire et communiquer avec ses collaborateurs quand tout un pays est confiné en raison d’une crise sanitaire ?

Mars 2020 la France est touchée de plein fouet par la pandémie du Covid-19 et rentre en confinement dès le 17 mars.

Le groupe Doctegestio a la particularité avec ses acteurs de santé, médico-sociaux ou d’hébergement de mettre 80 % de ses 10 000 salariés en premières lignes dans ses établissements de santé, chez les personnes fragiles ou dans certains de ses établissements d’hébergement comme les EHPAD.

Si le 18 mars, une partie des salariés se protègent grâce au télétravail les 8000 autres seront au contact potentiel de personnes infectées. L’heure est à la mobilisation générale pour mettre en place les procédures sécuritaires, trouver les protections et organiser la poursuite des activités, indispensables auprès des patients et personnes protégés.Il faut aussi assurer la pérennité de l’entreprise.

Les moyens numériques de la cellule de crise

Bernard Bensaid décrète immédiatement la mise en place d’une cellule de crise. Les moyens numériques largement présents au sein d’un groupe vont être une aide précieuse.

Les réunions seront virtuelles. Depuis Vincennes siège du groupe Doctegestio ou autour de lui seules deux ou trois directeurs sont présents physiquement, il réussit à regrouper jusqu’à 70 personnes régulièrement.

Chaque activité est évoquée, et les principaux indicateurs sont disséqués pour immédiatement prendre les décisions qui s’imposent. Si les 70 personnes présentes devant leurs écrans, aux quatre coins de France, ne vont pas toutes pouvoir s’exprimer, elles connaissent l’évolution de la situation du groupe, ce qui les aide dans leurs prises de décisions. De plus ils peuvent l’expliquer à leurs collaborateurs.

Bernard Bensaid homme de terrain

Bernard Bensaid est un homme de terrain, ne pas être présent près de ses collaborateurs le frustre profondément.

Il envisage de faire une tournée de tous ses établissements. Ses proches l’en dissuadent. Le président doit être exemplaire et respecter les règles de confinement.

Pourtant il tient à ces rencontres.

C’est du côté de ses collaborateurs chargés de la communication que viendra la solution quand Anne notre collègues proposera une tournée présidentielle virtuelle. Au rythme de deux fois par jour Bernard Bensaid va rencontrer en conférence vidéo une vingtaine de salariés réunis par métiers et par région, derrière leurs écrans, par téléphone ou encore présents à leur agence.

Des réunions d’une grande richesse

Bernard Bensaid connaît la richesse de son groupe. Il découvre néanmoins des personnalités exceptionnelles. La diversité des échanges, l’expression spontanée des points de vue lui permettent d’apprécier combien chaque acteur du groupe est attaché à sa mission. Il rencontrera durant cette campagne près de 600 de ses collaborateurs et tous découvrirons grâce à ses réunions la très grande réactivité qu’elles permettent.

Chacun y découvre aussi la très grande diversité du groupe, son implantation sur le territoire, l’importance des services supports et la volonté commune d’assurer le développement de Doctegestio.

Dans l’histoire, les périodes de guerre sont souvent propices à la découverte d’innovations. De cette guerre sanitaire il restera sûrement au sein du groupe Doctegestio la découverte de l’importance d’une communication rapide réactive et de l’utilité des nouvelles technologies.

La guerre n’est pas finie, les batailles se succèdent, le capitaine est sur le pont et sa présence de chaque instant rassure et encourage. La victoire est en bonne voie.

16Fév
bernard bensaid ingenieur social

Entretien avec Bernard Bensaid : le concept d’ingénieur social

Monsieur Bensaid, vous vous présentez comme un ingénieur social, pouvez-vous nous préciser votre vision de ce métier ?

Bernard Bensaid : L’ingénierie sociale est née de la professionnalisation du travail social. Dans ce secteur, les usagers vivent dans un contexte socio-économique et environnemental de plus en plus complexe. La réponse sociale aux problèmes actuels de la société demande une compréhension de plus en plus large d’un problème : public cible, politique, environnement, économie, budget, législation, réseaux et partenariats, évaluation, cohérence …
Lire

7Juin
bernard bensaid inteview esprit entreprise

Bernard Bensaid : Faire naître l’esprit d’entreprise

Monsieur le président, le groupe que vous avez créé grandit rapidement. L’acquisition récente des unités de l’UTMIF (Union Territoriale des Mutuelles d’Ile de France) lui fait passer un nouveau cap puisque le chiffre d’affaire annuel du groupe dépasse désormais les 240 millions d’euros. L’une de vos principales préoccupations doit être d’homogénéiser les méthodes de travail au sein de ces structures, pouvez-vous nous dire ce que représente pour vous l’esprit d’entreprise ?

Bernard Bensaid : L’expression « esprit d’entreprise » date des années 1980. Elle est souvent accolée aux idées de « mythes » ou de « rites », voire de « tribus ». Aujourd’hui, on parle plus facilement de culture d’entreprise et même de management par les valeurs … ce qui lui donne beaucoup d’importance pour la bonne marche de l’entreprise.
Lire

© Copyright 2020, Tous droits réservés.