7Juin
bernard bensaid inteview esprit entreprise

Bernard Bensaid : Faire naître l’esprit d’entreprise

Monsieur le président, le groupe que vous avez créé grandit rapidement. L’acquisition récente des unités de l’UTMIF (Union Territoriale des Mutuelles d’Ile de France) lui fait passer un nouveau cap puisque le chiffre d’affaire annuel du groupe dépasse désormais les 240 millions d’euros. L’une de vos principales préoccupations doit être d’homogénéiser les méthodes de travail au sein de ces structures, pouvez-vous nous dire ce que représente pour vous l’esprit d’entreprise ?

Bernard Bensaid : L’expression « esprit d’entreprise » date des années 1980. Elle est souvent accolée aux idées de « mythes » ou de « rites », voire de « tribus ». Aujourd’hui, on parle plus facilement de culture d’entreprise et même de management par les valeurs … ce qui lui donne beaucoup d’importance pour la bonne marche de l’entreprise.

Selon vous, qu’est-ce que l’esprit d’entreprise ?

Bernard Bensaid : Je crois que la culture d’entreprise est l’ensemble des principes et des valeurs, qui sont partagées par les membres d’une même société, qui organisent leur façon de penser et d’agir sur leur environnement et sur eux-mêmes. Ils organisent leurs rapports, c’est-à-dire qu’ils organiser leur société. La culture d’entreprise est donc une culture propre au groupe social que constitue l’entreprise.

Qu’est ce qui selon vous Monsieur le Président, impacte cette culture d’entreprise ? Vos salariés arrivent de tous horizons, ils sont imprégnés d’autres éléments culturels, d’autres habitudes, voir d’autres contextes environnementaux, comment faites-vous pour donner l’homogénéité nécessaire au fonctionnement de votre groupe ?

Bernard Bensaid : Ce qui impacte d’abord la culture d’une entreprise c’est la personnalité de son et de ses créateurs. L’esprit d’entreprise nait bien sûr de la volonté d’un ou de plusieurs créateurs. Ils souhaitent concrétiser un projet qui leur tient à cœur. Ils utilisent leurs personnalités et leurs expériences pour le mener à bien. Ce sont donc d’abord les valeurs, les croyances et la culture des dirigeants fondateurs qui créent les prémisses de la culture de l’entreprise.

L’environnement culturel national voire régional ou local a un fort impact sur cet esprit d’entreprise. DocteGestio est implanté désormais dans plusieurs régions de France et croyez-moi on ne raisonne pas de la même façon dans le nord que dans le sud.
Mais chacun a sa valeur et mon rôle, avec mon encadrement est de prendre les meilleures pratiques des uns pour les mettre au service des autres et de nos clients et usagers.

Et puis bien sûr la culture professionnelle des salariés a un impact fort. Notre groupe opère dans des métiers très différents et si le directeur d’un hôtel à un sens développé de l’accueil et de l’animation, une infirmière ou une aide à domicile à elle une vision très humaniste de son métier. Il faut arriver à englober l’ensemble des visions dans notre projet car chacune a sa richesse.

L’histoire de l’entreprise est également un élément fort qu’il faut intégrer dans le raisonnement culturel, les salariés y sont très attachés et son fier de communiquer l’histoire de leurs unités à leurs nouveaux collègues. Ce sont des éléments sur lesquels il faut s’appuyer.

Quels sont selon vous les marqueurs de l’esprit d’entreprise ?

Bernard Bensaid : Ils transparaissent au quotidien dans des routines, des comportements, des modes de raisonnement qui sont influencés par les caractéristiques de l’entreprise, sa taille, son environnement, et son mode de gouvernance. On peut d’ailleurs retrouver des éléments d’esprit d’entreprise semblables chez des concurrents.

Je crois aussi que la culture d’entreprise n’est pas quelque chose de figé. Elle évolue en fonction des modifications de son environnement et elle doit être transmise aux nouveaux salariés : les valeurs injectées par les dirigeants sont transmises aux premiers salariés puis assimilées par les suivants au fur et à mesure de la croissance de l’entreprise.

C’est un phénomène qui ne se fait pas naturellement, il doit être accompagné d’une démarche pro active de la part du management afin de permettre une bonne diffusion de ces valeurs. Le management doit faire en sorte que la culture d’entreprise émerge de manière claire pour les salariés pour que ceux-ci se l’approprient.

Pourquoi faut-il développer cette culture ?

Bernard Bensaid : Il est reconnu qu’un esprit d’entreprise entretenu est l’une des conditions nécessaires pour que la performance de l’entreprise et sa productivité soient assurés.

Il faut faciliter la communication interne : les valeurs communes, le partage d’une même culture réduisent les risques d’incompréhension ; C’est important de faire exister le groupe, l’entité « entreprise », à différents niveaux, d’insuffler ou de créer un sentiment d’appartenance, voire une fierté d’appartenance ; Nous devons motiver les salariés car on constate une corrélation étroite entre la façon dont les salariés se représentent leur entreprise et leur degré d’implication et d’engagement dans l’organisation.

Lors des recrutements les profils les plus adaptés doivent être ciblés pour recruter des individus qui trouveront le plus facilement leur place dans une entreprise dont ils partagent les valeurs. Enfin il faut améliorer l’image de l’entreprise car les salariés heureux et motivés vont en parler de manière positive autour d’eux …

Avant de nous quitter Monsieur le Président, pouvez-vous nous donner quelques éléments qui permettent à une société de construire sa culture ?

Bernard Bensaid : L’adoption de références : langage, logo, mots clés qui permettent aux salariés de se repérer. L’adaptation du mode de communication des managers et des cadres.

L’agencement des bâtiments et des espaces pour les salariés et les clients usagers. Connaitre et parler de ses produits, ses services, ses secteurs d’activité, ses fleurons. Une cohérence dans l’affichage des critères d’appartenance à l’organisation, adoption des mêmes termes dans la communication interne et externe(intranet, sites web, blog, plateformes, etc.) et dans toutes les étapes de la vie du salarié. Faire vivre la culture d’entreprise en l’adaptant aux évolutions de l’entreprise, à ses nouveaux projets.

L’affichage de cette culture d’entreprise en organisant des événements qui rassemblent les salariés, mais qui sont déconnectés de leur quotidien. Ils doivent apprendre à se connaitre dans un contexte autre pour mieux travailler ensemble ensuite.

Tous ces éléments devront transparaître au quotidien, et être véhiculés en priorité par les dirigeants, puis par les responsables ressources humaines, puis par les managers.

Partager l'article

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

© Copyright 2018, Tous droits réservés.